Les lois nous dirigent, celles que nous connaissons et celles qui nous manipulent sans que nous le sachions.

Notre humanité avance sans se rendre compte qu'elle suit un cours qui lui est déjà tracé. Lorsque nous fumes créés des programmes nous furent imposés, des programmes établissant mille et une possibilité, celui qui essait d'échapper à sa route, fini malgré tout par s'y retrouver, car les programmes étudient toutes les possibilités et s'adapte, se modifie en fonction.

C'est là qu'intervient donc le pouvoir de création, celui qui est malgré tout dans nos gènes, celui qui nous pousse à trouver pour certains notre origine première. Seulement l'homme maintient et se soumet à ce qui s'appelle dualité, le côté obscure de la forme selon une philosophie bien connue, et la lumière qui prône la vertu, établies par des codes qui remontent au début de l'humanité.

Pour avoir autant de dualité, pouvons nous avoir été fait de la main d'un seul être? ou alors cette dualité n'est-elle qu'une simple illusion. Celui qui cherche en dehors des dogmes, en dehors des croyances et qui est prêt à rejeter ses propres fondements, est celui qui permet également à une nouvelle vision, une nouvelle connaissance à prendre place.

Le monde, la vie ne peut se contenir dans des préceptes et des croyances qui sont limitées, l'homme se limite, toujours et encore. En toutes choses qui se résume à des attentes, des convictions.

Aujourd'hui ce qu'on appelle foi, j'en arrive à voir cela comme chaine. Celui qui a la foi, ne fait que patienter, attendre qu'on lui donner à manger sur un plateau; celui qui se soumet à des illusions en se disant on m'éprouve, je vais résister, je vais attendre que ma foi se réalise, il continue donc d'avancer dans une certaine immobilité.

 

Cependant si la foi en moi a disparu, la confiance elle prend place. La confiance est ce qui lie un être à un être, un lien qui est palpable et qui se manifeste ici dans la matière.

Avancer avec confiance est différent d'avancer avec la foi.

 

tendresse

Yesaelle