Mokiié,

Man,sé,

Raou'né,

Méliié

Raïnisi,

Mélia kélia san, di li mari anté, nou la mé, véni kélié réouné, massi keva.

Il y a un temps pour tout, et certaines choses demande du temps, de la persévérance, il est des choses qui ne s'intellectualiseront jamais, mais qui peuvent être comprise par notre monde intérieur.

Les maturations se font, les fleurs éclosent, puis se fanent, pour laisser place à un nouveau cycle. La sécheresse parfois est utile pour que l'on comprenne la bienfaisance et l'utilité de l'eau.

L'eau est partout, plutôt que d'attendre et d'espérer il faut parfois savoir l'appeler à soi, écouter son bruit pour pouvoir l'approcher, l'écouter...Il est le temps de voir jusqu'où ira le partage... celui qui a de l'eau le gardera-t-il en prévision des temps à venir, ou alors le donnera-t-il à celui qui en manque, tout en sachant qu'il finira par en manquer lui même, s'il ne sait pas chercher la source?